La Vie Culinaire

https://www.facebook.com/pages/La-Vie-Culinaire/371790969599106?ref=hl

Que-ce que la cuisine nomade ?

thierry_marx_home

Bien que la Street Food et les Food Trucks –fer de lance de la cuisine nomade – ne soient pas des phénomènes nouveaux (comme bien souvent, nos grands chefs ne font que du « recyclage »),  s’ils sont maintenant remis au goût du jour, ce n’est pas sans raison idéologique et sans adaptation préalable.

Cette nouvelle tendance – qui fait suite au succès du snacking, dont nous avons vu dans un précédent article ce qu’il cachait [1] – qui prétend être l’exacte opposé d’une nourriture mondialisée, uniformisée et importée, ne s’inscrit en fait que dans la logique du glocal, c’est-à-dire des spécificités locales au service du marché mondial, qu’Alain Ducasse embrasse depuis peu. Comme la malbouffe des États-Unis contre qui elle prétend lutter, cette tendance nous vient tout droit de New York par l’entremise de David Weber, président du New York City Food Truck Association, et mise en place en France par le Street Food en mouvement  présidé par Thierry Marx. [2]

Nous n’allons pas dans ce petit article nous étendre sur les commentaires de nos grands chefs afin de justifier leur engouement pour ce phénomène, nous ne savons que trop que leur discours culinaire n’est en fait là que pour nous éloigner des véritables enjeux idéologiques et économiques cachés derrière ces médiatisations; Nous nous contenterons de voir ce qu’en disent d’autres acteurs de ce mouvement avec qui ils travaillent de près ou de loin.

Pour commencer, remarquons que comme pour le snacking, ce modèle économique n’est pas la pour aider l’artisanat mais bien pour développer les chaines et les franchises, comme nous le confirme le succès new- yorkais du Food Truck Rickshaw Dumpling Truck (cofondé par David Weber) qui se transforme en chaine [3]. De même en France, avec le camion qui fume, Food Truck servant des burgers et des frites… et vainqueur du palmarès de la restauration organisé par le Leaders Club (dont le président est lui aussi membre du Street Food en Mouvement) ou de GOODY’s, la cantine mobile. Eux aussi appelé à en devenir. [4]

Comme souvent, chaque phénomène mis en avant par nos grands chefs est finalement repris par l’industrie agroalimentaire comme, par exemple, Nestlé qui, par le biais de la marque Herta, surf sur la vague des Food Trucks, en ouvrant des camions dans « 7 villes en France avec, pour rassasier ses clients, l’intégralité de sa gamme de hot dogs, composée de pains buns (briochés) et d’autres à l’esprit baguette (croustillant). »[5] Sans oublier Délifrance et les frères Pourcel [6], l’alliance de Lenôtre et Bridor, ou bien encore Alain Ducasse Formation associé a Pink Lady et Danone, tous développent du snacking et de la cuisine nomade. [7]

food truck herta

Mais si nous voulons vraiment comprendre ce que cache véritablement cet engouement pour le nomadisme culinaire, il nous faut écouter Corinne Ménégaux – directrice pôle chez Reed Expositions ainsi que du salon Equip’hotel – qui travaille avec Thierry Marx au sein du Street Food en mouvement. Dans une interview pour Europe 1, elle nous donne une définition du nomadisme culinaire bien plus honnête que son comparse étoilé en nous expliquant que sa véritable définition, c’est de manger en marchant ! Effectivement comme elle nous l’explique, statistique à  l’appuie, les français bien que prenant une heure de moins qu’avant pour manger leur déjeuner  y consacre encore 30 minutes… contrairement aux anglo-saxons qui eux mangent déjà en marchant ! [8]

1037525_1146699_460x306

Cette interview nous permet de bien saisir les enjeux derrière l’engouement des médias pour le Food Truck. La volonté de continuer d’aligner le modèle français sur celui du modèle anglo-saxons, et c’est, une fois de plus, ce que nos grands chefs nous empêchent de voir.

Est-ce un hasard si, une fois encore, nous surprenons nos grands chefs se faire les défenseurs du discours de l’industrie agroalimentaire et du grand patronat ? Il devient de plus en plus évident que non, car comme nous le verrons dans un de nos prochains articles, il existe un continuum idéologique entre la pensée libérale issue des Lumières et le discours culinaire de nos grands chefs.

Romain R.

[1] https://lavieculinaire2.wordpress.com/2013/08/31/le-snacking-des-grands-chefs/

[2] http://www.france-amerique.com/articles/2012/07/10/quand_new_york_et_paris_se_rencontrent_autour_de_la_street_food.html

[3] http://lescamionneuses.wordpress.com/2013/03/26/david-weber-le-defenseur-des-food-trucks-de-new-york-city/

[4] http://www.streetfoodenmouvement.fr/category/fondateur/

[5] http://www.lsa-conso.fr/herta-s-empare-de-la-mode-des-food-trucks,140851

[6] http://www.pourcel-chefs-blog.com/blog1/2012/02/18/sandwich-version-delifrance-sur-le-sandwich-snack-show/

[7] http://m.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration-snacking/2011-01/Bridor-Lenotre-et-le-groupe-Alain-Ducasse-ont-oeuvre-d-imagination-au-Food-Studio-by-Sirha-2011.htm

[8] http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/L-interview-de-Wendy-Bouchard/Sons/Les-Francais-continuent-de-s-asseoir-pour-manger-437631/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Start here

%d blogueurs aiment cette page :