La Vie Culinaire

https://www.facebook.com/pages/La-Vie-Culinaire/371790969599106?ref=hl

Thé ou café ? Recette de business à la sauce grand chef

 

Les menus et recettes à 4, 6 ou 8 mains tout comme les pop-up sont des tendances fortes du monde de la gastronomie ces dernières années. Peu de grands chefs y échappent tellement l’engouement est grand. Nous vous proposons donc ici une recette type du genre qui est sans aucun doute la matrice de ces phénomènes :
– Prenez un industriel de l’agroalimentaire coté en bourse, garni de billets dans les poches et désireux de dynamiser l’image d’une des marques de son groupe afin de gratter des parts de marchés sur la concurrence qui s’organise.

– Ajoutez y une nouvelle machine issue de la révolution industrielle en cours, développée par un ingénieur amateur de challenges et soucieux d’améliorer le quotidien du consommateur. Le tout dessiné par un designer ou bien un artiste à la mode.

– Incorporez abondamment un « plan com » avec un dossier de presse ficelé comme les pieds paquets de mémé. Plan qui saura mettre en avant les atouts de la marque auprès de bloggers célèbres du moment, prêts à tout pour augmenter sur leur site le nombre de clics. Soudoyez un ou deux journalistes gastronomiques qui saupoudreront de légitimité le propos de l’industriel. Mettez dans le coup (coût) un ou deux grands chefs (pour commencer) naturellement « amoureux du produit » et aussi un « œnologue » qui donnera au produit ses lettres de noblesse. La presse collabo et vendeuse relayera toute l’agitation quand l’ensemble sera à ébullition: le journal obéissant et courbé obtiendra un budget pub !

– Sortie d’usine: enfournez la pâtée dans la distribution ! Magasins de luxe, distributeurs spécialisés, chaînes de ventes franchisées dédiées à la nouvelle marque.  Pour que ça ne colle pas au fond de la marmite, évitez la distribution en supermarché. Trop vulgaire. Bien sûr qu’il vend depuis toujours beaucoup de vos produits industriels mais ce n’est pas bon pour l’image du produit en question.

– Saupoudrez généreusement d’événementiels divers dont les médias cités seront de parfaits vecteurs acquis à la cause: défilés de mode Haute couture / haute cuisine, festival de Cannes sur une plage privée, sans oublier des pop-up stores ainsi que des événements gastronomiques ou la fine élite du métier moutonniere s’enamourera de votre nouveau produit vedette !

– Laissez reposer le tout, puis soyez patient: vos relais savamment semés travaillent pour vous. Le logarithme médiatique l’avait prévu: grâce à votre puissance de feu arrive le buzz… Résultat: domination commerciale sans précédent!

Vous aurez aisément reconnu la marque Nespresso de l’industriel Nestlé et sa célèbre machine mise au point par Éric Favre. L‘ingénieur aérospatiale suisse voulait prouver à sa femme italienne que les suisses pouvaient aussi faire du bon café. Bravo à lui: on connait le résultat, un parfait monopole de fait devant lequel bavent tous les as du marketing ! Georges Clooney et Jean Dujardin ne sont que la partie visible de l’iceberg… tout comme les grands chefs ! Ces derniers sont prêts à mettre leur image au service de la marque et ainsi contribuer grandement à son développement… Notamment dans le milieu très fermé de la gastronomie mondiale.
Vous pensiez ce phénomène marginal ? Détrompez vous car Nestlé (toujours lui) a sorti une machine équivalente dans le domaine du thé. Avec un graphisme réalisé par Kustaa Saksi,  célèbre artiste visuel finlandais, « T. de Nestlé » compte déjà 35 références dans sa gamme et a choisi le célèbre chef pâtissier Gilles Marchal pour le côté promotionnel en France.

La firme Lipton (Unilever), leader du marché dans ce domaine, ne compte pas laisser passer une telle opportunité et vient de sortir son alter ego dans la version thé de luxe avec sa nouvelle machine à infusion « To by Lipton ». Et devinez quoi ? Kurush Bharucha, le tea-master de la célèbre marque a travaillé de pair avec Pierre Hermé, tout fraichement élu meilleur pâtissier du monde. Une collaboration utile pour mettre au point les meilleurs accords gustatifs (et pas seulement commerciaux) entre les deux mondes.

La recette marketing est identique à celle utilisée pour Nespresso… Même propagande ! Blogueurs, médias traditionnels, cautions, distributeurs suivent  le rythme et se délectent de publi-reportages dont ils ont le secret.  Le service de communication enchaîne les brainstorming, les fameux pop-up stores poussent un peu partout : le grand magasin BHV pour Lipton et le salon « T. éphémère” pour  Nestlé au coeur du marais avec les pâtisseries de Gilles Marchal.

Et il est fort à parier que d’ici peu on trouvera un grand nombre de chefs -pourtant amoureux des produits locaux et artisanaux- faire la queue pour mendier une collaboration avec les industriels les plus décriés de l’univers du thé… comme ils l’ont fait auparavant pour le café. Ne voyez aucun cynisme dans cette attirance des chefs pour leurs rétributions un peu honteuse, quand même ! Simplement, si le café ou le thé exhalent des arômes caractéristiques, il faut se rappeler que l’argent, lui, n’a pas d’odeur!

Romain R

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le octobre 6, 2016 par dans Agro-alimentaire, Gastronomie, Mes articles.

Start here

%d blogueurs aiment cette page :